Bienvenue sur le blog de la Fondation Culturelle Islamique de Genève

Sermon du vendredi 16 juin 2017 – La nuit du destin – Sheikh Abdelhakim

Sermons

Chers frères chères sœurs,

Nous sommes désormais dans le dernier tiers du mois de Ramadan, ces 10 derniers jours durant lesquelles le prophète et ses compagnons redoublaient d’efforts.
Comme l’a rapporté Aïcha: le prophète faisait des efforts dans les 10 derniers jours qu’il ne faisait pas dans les autres. Et dans un autre Hadith : « Quand il rentrait dans les 10 (c’est-à-dire les 10 derniers jours) il resserrait son pagne, faisait vivre sa nuit et réveillait sa famille ».
Telle était la Sunna du prophète:
il resserrait son pagne : signifie qu’il redoublait d’efforts et cela peut aussi faire allusion au fait qu’il s’abstenait d’avoir des rapports avec ses épouses afin de se consacrer pleinement à l’adoration d’Allah; il faisait vivre sa nuit, c’est ta dire qu’il ne dormait pas, il prier, invoquait Allah, lisait le Coran;
Et il réveiller sa famille afin que ces derniers ne passe pas à côté de ce grand mérite. D’autant plus que durant les 10 derniers jours s’y trouve une nuit meilleure que 1’000 mois et celui qui en a été privé a certes été privé d’un grand bien comme l’a affirmé le prophète !
Il s’agit de la nuit du destin, au sujet de laquelle le prophète a dit : « Celui qui prie durant la nuit du destin avec foi et espérance, tous ses pêchés antérieurs lui seront pardonnés ». Et le prophète a incité ses compagnons à rechercher cette nuit durant les 10 derniers jours et surtout durant les nuits impaires. Sachant que selon le calendrier musulman les nuits précèdent les journées.
Ainsi, la prochaine nuit impaire, celle du 23 (samedi soir) précède la 23e journée de jeûne, celle de dimanche. Et il y a là une grande sagesse dans le fait d’ignorer la date précise de la nuit du destin afin qu’aucune des 10 dernières nuits de ce mois ne soit négligée. Qu’Allah nous permette de prier la nuit du destin avec foi et espérance afin que tous nos pêchés antérieurs soient pardonnés.
Deuxième partie :

Chers frères, chères sœurs,

Le prophète a dit : « les actes n’ont de valeur que selon la manière dont ils s’achèvent ».
Ainsi, le plus important, c’est comment nous allons terminer ce mois béni.
Le mois du Ramadan est semblable à la vie d’un homme, le plus important c’est dans quelles conditions va t-il quitter ce monde. Va-t-il le quitter croyant? Soumis à Allah, obéissant?
L’objectif est de terminer ce mois de la meilleure des manières. Et de ne pas laisser passer la nuit du destin dont le mérite est supérieur à 1’000 mois, c’est-à-dire 30’000 nuits ou 83 ans !
Il y a donc plus de mérite à prier Allah pendant la nuit du destin que de le prier pendant 30’000 nuits ou durant 83 ans!
Aïcha a posé la question: que doit-elle dire la nuit du destin, quelles invocations doit-elle adresser à Allah.
Il lui dit : « Dis : Allah tu es pardonneur, tu aimes le pardon, pardonnes-moi donc ! ». Nous devons donc invoquer Allah car il est pardonneur et il aime pardonner. Il est miséricordieux et il aime faire miséricorde. Il est généreux et il aime donner. Alors le plus dépourvu des hommes est celui qui s’est privé d’invoquer Allah. C’est pour cela que les premières générations de l’islam ne craignaient pas que leurs invocations ne soient pas exaucées. Mais ils craignaient de ne pas invoquer Allah! Comme le disait abou Hazim : « que je sois privé de l’invocation me fait plus peur que d’être privé de la réponse ». Et une parole semblable a été rapporté de Omar : « je ne suis pas soucieux de la réponse mais je suis soucieux de l’invocation ».
Car Allah a promis de répondre à celui qui l’invoquait et Il ne maque pas à sa promesse, mais c’est à nous de l’invoquer.
Être soucieux de l’invocation signifie avoir peur de ne pas invoquer Allah ou de ne pas l’invoquer avec un cœur présent et la certitude qu’Il va nous répondre. Mais dès lors qu’on invoque Allah comme il se doit alors il faut se réjouir de sa réponse car Allah ne permet pas à son serviteur de l’invoquer comme il se doit sans qu’il ne veuille lui exaucer, lui donner. Comme l’a dit el Hassanou Al bassri : « Je ne pense pas qu’Allah va Châtier un homme qui lui a demandé pardon ». On lui a dit : « comment ? ». Il répondit : « qui lui a inspiré la demande de pardon?, On lui dit: c’est Allah . Alors il dit: comment Allah lui inspire-t-il de lui demander pardon alors qu’il veut le châtier ? ». Il faut donc invoquer Allah en pensant du bien de lui surtout que l’invocation du jeûneur est exaucée comme l’a dit le prophète.
Et parmi les autres actes qui attirent la miséricorde d’Allah ainsi que ses faveurs: le fait de dépenser pour lui. Et l’une des meilleurs dépenses que l’on puisse faire durant ce mois est de nourrir des jeûneurs: « Chaque musulman qui nourrit un jeûneur aura une récompense équivalente à son jeûne, comme l’a dit le prophète, sans que cela n’enlève quoi que ce soit au jeûneur! »